Forum dédié aux parutions concernant nos autos préférées
Forum dedicated to our favorites sports car in media.

Modérateur : FARModérateurs

Avatar du membre
par John Luke
#385277
Bonjour !
Sortie en kiosque de ce numéro de la revue officielle de la fédération française
des véhicules d' époque !
Article intéressant de 10 pages :
"" Alpine en endurance . Les années de légende 1963 à 1978 "".
Bonne lecture
par Vic
#385287
Oui, sauf que comme chaque fois qu'il traite de ce sujet (voir le dernier Mille Miles), JLF commet de nombreuses erreurs. A force d'être publiées, elles vont finir par devenir la vérité :mrgreen:
Vic
Avatar du membre
par John Luke
#385549
Certes, certes ............... , pour les vrais connaisseurs on constate parfois des erreurs dans un tel article !

On a déjà constaté cela dans d' autres revues qui se font concurrence en voulant
traiter du sujet ALPINE !

Mais c' est dur actuellement pour la presse spécialisée dont les ventes sont en chute libre
depuis plusieurs années !
La concurrence est féroce dans ce domaine et on voit parfois des revues disparaître au bout de
quelques numéros !
J.L.
par Vic
#386870
Oui, sauf que :
- d’une part, L’Authentique et Mille Miles ne sont pas vraiment des « revues qui se font concurrence ». L’une est l’organe officiel de la FFVE, un organisme reconnu d’utilité publique, et l’autre n’est autre que le doyen des magazines Alpine.
- d’autre part, dire « on constate parfois des erreurs dans un tel article » est inexact concernant JLF. Quand il traite de l’histoire d’Alpine c’est à chaque fois qu’il déraille.
Et dans L’Authentique n°2, au sujet d’Alpine aux 24 Heures du Mans, il n’y va pas avec le dos de la cuillère, faisant encore plus fort que dans Mille Mile n°126.
Entre autres balivernes, voici ce qu’il écrit page 26 à propos de l’abandon de l’A 443 de Jabouille/Depailler en 1978 : :mrgreen: « Gérard Larrousse, par excès de prudence, demande aux mécaniciens de baisser la pression du turbo au petit matin sans en aviser ses pilotes. »
Or, d’après François-Xavier Delfosse, l’ingénieur d’exploitation des protos Alpine, qui en a témoigné dans Berlinette Mag, c’est Patrick Depailler lui-même qui aux alentours de 9h30, alors qu’il était dans la ligne droite des Hunaudières, a reçu l’ordre de presser au tableau de bord un bouton actionnant le dispositif chargé de réduire la pression de suralimentation. La décision avait été prise après discussion entre Gérard Larrousse, François Castaing et Bernard Dudot, en présence de Jean-Pierre Jabouille.
François-Xavier Delfosse était contre cette décision. En effet utiliser ce dispositif n’ayant jamais été testé en essais présentait un risque. D’ailleurs il avait fait poser du ruban adhésif sur ledit bouton afin d’éviter qu’on appuie dessus par mégarde. De sorte que Depailler a dû retirer l’adhésif pour presser ce bouton.
Donc cela ne s’est pas passé au petit matin, les mécaniciens ne sont pas intervenus et les pilotes étaient au courant.
L’ineffable JLF est coutumier de ce genre de bourdes et l’une de ses plus belles remonte à novembre 2015. Interviewant pour Mille Miles Oliver Webb, l’un des pilotes de l’A 450b qui venait de remporter l’ELMS, il lui avait dit : « Savez-vous que vous êtes le premier pilote anglais à piloter une Alpine en circuit ? » Hélas pour le jeune Oliver, JLF avait oublié qu’il avait été précédé dans cet exercice par Graham Hill à Pau en 1964 (Formule 2) et Derek Bell au Mans en 1977 et 1978 (A 442).posting.php?f=32&mode=reply&t=38014&sid=364f25b182ec598961133746a7673341#
Vic
Avatar du membre
par T Falsetti
#386885
:hello: :hello: :hello:

Difficile à trouver ce n° :thinking: :thinking:

Je profite de ce post, pour annoncer que mon ami Jacques Bornic écrit un dernier livre au nom de l'AAA, portant sur la période des SP de 1973 à 1978...

Tous les acteurs de l’époque s'expriment longuement,chacun à leur tour. :sleep:
Ayant participé à la relecture de cet ouvrage, je peux vous assurer que vous allez retrouver de savoureuses anecdotes sur cette période ...

Pour l'heure, la date de sortie n'est pas communiquée :sleep:

Dernière info au 29/08/18 :
http://www.retroalpine.com/2018/08/28/c ... -2-litres/
par Thierry_75
#390819
Vic a écrit :Oui, sauf que :
- d’une part, L’Authentique et Mille Miles ne sont pas vraiment des « revues qui se font concurrence ». L’une est l’organe officiel de la FFVE, un organisme reconnu d’utilité publique, et l’autre n’est autre que le doyen des magazines Alpine.
- d’autre part, dire « on constate parfois des erreurs dans un tel article » est inexact concernant JLF. Quand il traite de l’histoire d’Alpine c’est à chaque fois qu’il déraille.
Et dans L’Authentique n°2, au sujet d’Alpine aux 24 Heures du Mans, il n’y va pas avec le dos de la cuillère, faisant encore plus fort que dans Mille Mile n°126.
Entre autres balivernes, voici ce qu’il écrit page 26 à propos de l’abandon de l’A 443 de Jabouille/Depailler en 1978 : :mrgreen: « Gérard Larrousse, par excès de prudence, demande aux mécaniciens de baisser la pression du turbo au petit matin sans en aviser ses pilotes. »
Or, d’après François-Xavier Delfosse, l’ingénieur d’exploitation des protos Alpine, qui en a témoigné dans Berlinette Mag, c’est Patrick Depailler lui-même qui aux alentours de 9h30, alors qu’il était dans la ligne droite des Hunaudières, a reçu l’ordre de presser au tableau de bord un bouton actionnant le dispositif chargé de réduire la pression de suralimentation. La décision avait été prise après discussion entre Gérard Larrousse, François Castaing et Bernard Dudot, en présence de Jean-Pierre Jabouille.
François-Xavier Delfosse était contre cette décision. En effet utiliser ce dispositif n’ayant jamais été testé en essais présentait un risque. D’ailleurs il avait fait poser du ruban adhésif sur ledit bouton afin d’éviter qu’on appuie dessus par mégarde. De sorte que Depailler a dû retirer l’adhésif pour presser ce bouton.
Donc cela ne s’est pas passé au petit matin, les mécaniciens ne sont pas intervenus et les pilotes étaient au courant.
L’ineffable JLF est coutumier de ce genre de bourdes et l’une de ses plus belles remonte à novembre 2015. Interviewant pour Mille Miles Oliver Webb, l’un des pilotes de l’A 450b qui venait de remporter l’ELMS, il lui avait dit : « Savez-vous que vous êtes le premier pilote anglais à piloter une Alpine en circuit ? » Hélas pour le jeune Oliver, JLF avait oublié qu’il avait été précédé dans cet exercice par Graham Hill à Pau en 1964 (Formule 2) et Derek Bell au Mans en 1977 et 1978 (A 442).posting.php?f=32&mode=reply&t=38014&sid=364f25b182ec598961133746a7673341#
Vic

Intéressant mais je reste un peu sur ma faim : c'est un exemple. What else ? Merci :D
par Vic
#390992
Très représentative du degré "d’inventivité" de l’auteur de l’article, seule était signalée la dernière des erreurs, située page 26. Pour répondre à la demande formulée via la célèbre réplique de George Clooney, voici les autres :

Page 20 : "La ligne de l’Alpine M 63 est signée Richard Bouleau"
Non, celle-ci est due à Marcel Hubert, l’aérodynamicien d’Alpine. Richard Bouleau était avec Bernard Boyer le concepteur du châssis de la M 63.

Page 22 : "il s’agit de concevoir ex nihilo en quelques dizaines de mois un moteur turbocompressé destiné dans un premier temps à l’endurance et, ensuite, capable de s’imposer en Formule 1"
Non, quand en janvier 1972 Renault Gordini est chargé de réaliser le projet commandé par François Guiter (patron de la compétition d’Elf) et Claude Haardt (PDG de Renault Gordini), il n’est question que de développer un moteur V6 2 L atmo pour propulser un proto Alpine en Championnat d’Europe des 2 L. L’idée de greffer un turbo sur ce V6 naîtra plus tard, lors de discussions entre François Guiter et Jean Terramorsi (successeur de Claude Haardt décédé en novembre 1972). L’étude d’une version turbo du V6 2 L, destinée à l’Endurance, ne sera lancée qu’en mai 1974. Quant à celle d’une version à la cylindrée ramenée à 1500 cm3 éligible en F1, elle ne débutera qu’en février 1975.

Page 24 : ʺles deux Alpine A 441T de Patrick Depailler et Jean-Pierre Jabouilleʺ
Non, en 1976, ce sont deux A 442 qu’aligne Renault Sport. Une seule A 441T a été construite et c'était en 1975. Celle-ci n’a disputé qu’une course, au Mugello en mars 1975. Elle sera remplacée dès la course suivante, à Dijon en avril, par une A 442.

Page 24 :ʺJean-Pierre Jabouille réussit un super départ, mais dès l’approche du tout premier virage, il est accroché par la voiture sœur !ʺ
Non, le double abandon du Nürburgring 1976 a eu lieu au km 2 dans un virage à gauche, précédé d’une épingle à droite située juste avant le km 1. Et Jean-Pierre Jabouille a toujours été formel : lors de ce double abandon les deux A 442 ne se sont pas touchées.

Page 25 : ʺ Cette année (1978)… les voitures de rallyes de la Régie, les R5 Alpine Groupe 2 et Alpine Renault A 310 V6 pilotées par Jean Ragnotti et Guy Fréquelinʺ
Non, en 1978, Renault Sport n’a engagé aucune A 310 V6 en rallye. 1977 est la seule année où R5 Alpine Gr. 2 et Alpine Renault A 310 V6 ont coexisté au sein du programme rallye de la Régie.

Si l’on ajoute l’erreur de la page 26 déjà mentionnée, cela fait beaucoup. Alors que toutes ces infos se trouvent dans les ouvrages de référence que sont Renault F1 Les Années Turbo de Jean-Louis Moncet, Bernard Dudot et Jean Sage, Alpine au Mans de François Hurel et Alpine de Dominique Pascal, ainsi que dans les revues spécialisées de l’époque telles Sport Auto, Échappement ou Autohebdo…

Vic
Avatar du membre
par John Luke
#391452
[quote="T Falsetti"]:hello: :hello: :hello:

Difficile à trouver ce n° :thinking: :thinking:


Bonjour Thierry !

---- Effectivement, car cette revue est mise au compte goutte sur les linéaires !

La presse allant de plus en plus mal, les buralistes mettent de moins de moins
d' exemplaires à vendre concernant les revues spécialisées autos ou autres !!

Je ne garde pas les quelques revues que j' achète et j' ai déjà donné ce numéro à un ami,
sinon je te l' aurais envoyé ! :wink:

Un farnaute conservateur pourra peut être satisfaire ta soif de lecture en te le prêtant sous caution ....... ?? :)
J.L.