Forum dédié au modèles réduits, maquettes
Forum dedicated to models

Modérateur : FARModérateurs

Avatar du membre
par Va110
#177001
Bonjour à tous :)

Je vous propose un nouveau feuilleton pour cet été : il raconte l'histoire de toutes les reproductions de l’Alpine A110 au 43eme.

Voici la table des matières :

1- La préhistoire
2- Et puis vint… la Solido
3- Quand Solido se diversifie, les Verem
4- Et non, ça n’est pas fini
5- Quand la Solido sert de muse
6- Il y a transkit… et transkit
7- Quand on s’affranchie de l’Ancêtre : les Provençaux
8- LE spécialiste…
9- … et les autres
10- Retour en Provence… et la boucle est bouclée
11- Du décal au kit complet, une gamme spécialisée
12- La grosse cavalerie
13- Les « presses »
14- LA collection
15- Du kiosque à la boutique
16- Les trouvailles du net, et autres bizarreries

Sauf indication contraire, les photos illustrant ce sujet sont celles issues de ma collection personnelle.
Pour les autres photos, les auteurs seront mentionnés au fur et à mesure. Je remercie d’ors et déjà ceux qui ont contribués à ce sujet, par leur témoignage ou leurs photos.
Quelques photos proviennent du net, majoritairement de ebay. Si un auteur que je n’aurais pas mentionné se reconnait, je le remercie de se signaler.

Ce sujet est publié simultanément sur Forum Auto, et sur Forum Alpine Renault.
Il sera repris intégralement (avec quelques ajouts) dans une version papier dont le mode de diffusion reste à définir.
Cette version contiendra en plus l’inventaire de toutes les références que j’ai recueillies pendant mes recherches (plus de 340 à ce jour).

Et hop, c'est parti :)
Avatar du membre
par Va110
#177002
Introduction

On ne présente plus l’Alpine A110 berlinette. Lancée en 1961, elle a pendant plus de 20 ans écumé les rallyes et accroché à son tableau de chasse toutes les grandes épreuves. Bien que la production ait été arrêtée en 1977, elle fera encore pendant de longues années le bonheur de pilotes amateurs.

Alors, pourquoi « une » histoire ?
Parce qu’en fait chacun pourrait raconter la sienne, celle qu’il a vécue, ce que cette voiture a fait vibrer en lui.
Je soupçonne que ma passion pour la petite bleue soit née un matin de Noël 1970, lorsque j’ai trouvé au pied du sapin, dans une boite jaune, rouge et bleue, une A110 Solido.
Comme tout bambin de cet age, j’ai d’abord joué avec puis, comme pour certaines de ses consoeurs, lui faire subir quelques transformations. Sans le savoir, je venais de mettre le doigt dans un engrenage, celui de la miniature.

Je n’ai donc pas la prétention de raconter L’Histoire de cette fabuleuse machine, mais uniquement de témoigner de tout ce que j’ai pu glaner sur son sujet dans un domaine précis : celui de ses reproductions au 1/43eme
J’ai pris le parti de ne traiter dans cet article que des reproductions au 1/43eme, en ne tenant compte ni des autres échelles, ni des reproductions « exotiques » (du style cadeau Bonux).
En menant mes travaux de recherche, j’ai eu la surprise de découvrir des reproductions que je ne connaissais pas, et d’en redécouvrir certaines que j’avais oublié.
C’est tout ce travail de compilation que je vais vous faire partager dans les chapitres suivants.
Avatar du membre
par Va110
#177003
Chapitre 1 : la préhistoire
Avant toute chose, il faut juste faire un petit rappel du contexte de l’époque dans le domaine de la miniature automobile.
La A110 est née avec les années 60. À cette époque, on est très loin de la notion de modèle réduit de collection et les seules reproductions de voitures miniatures ont pour vocation à servir de jouet dans les cours de récréation. Les marques phares d’alors se nomment Dinky Toys, Solido ou Norev.

On doit la toute première reproduction de la A110 à Norev.
En 1969, le fabricant Lyonnais propose sous la référence 59 une version 1300 à 2 phares.
La miniature est pour le moins bizarre : le profil est plutôt bien rendu, mais la face avant est désastreuse et il manque bien 5mm en largeur. Les capots Avant et Arrière sont ouvrants.

Dés 1970, Norev fait évoluer son moule et propose, toujours sous la même référence, le capot à 4 phares, complété d’une version Gendarmerie.

En 1978, les versions civiles et gendarmerie se verront équipées de roues « bouton de culotte », beaucoup moins réaliste mais tellement plus efficace pour faire rouler rapidement les voitures sur le parquet de la chambre…

Toute au long de sa carrière, la A110 aura eu la même référence et le même châssis, sur lequel figure la mention « RENAULT ALPINE A110 1300 ».
La dénomination dans les divers catalogues va par contre évoluer.
Elle sera d’abord présentée comme « Alpine Renault A110 1964 berlinette » puis deviendra « Alpine Renault A110 1966 berlinette » en 70 avec l’apparition des 4 phares.
Elle sera référencée successivement 59, puis 59-2 à partir de 1970 et 59-3 pour la version Gendarmerie.
L’apparition des roues simplifiées verra les références passer à 59-2b et 59-3b

La Norev n’a donné lieu à ma connaissance à aucune déclinaison Compétition, hormis certains modèles au tout début sur lesquels étaient apposés des numéros de course et une plaque de rallye en autocollant.
De même, elle n’a jamais servi de base à des transformateurs, sauf peut être par certains maquettistes passionnés.


Et maintenant quelques photos :
Au fond, la version deux phares (en trés mauvais état :( )
Au premier plan, de gauche à droite, la version 4 phares roues bouton, la gendarmerie et la civile de 1970
Image

Les étiquettes de boites
Image

Et pour le fun, une pub d'époque
Image
Source : ebay

Nota: merci à Enzo pour ses précieux compléments d'info pour ce chapitre
Avatar du membre
par Va110
#177006
Chapitre 2 : Et puis vint… la Solido

En octobre 1970, Solido sort à son tour son interprétation de la berlinette.
Cette mini, malgré ses défauts, va marquer durablement le monde de la miniature intéressé par la A110 puisque 40 ans après, elle sert toujours de base ou d’inspiration à de nombreux maquettistes ou artisans.

La première version sort sous la référence 181.
Elle reproduit la machine avec laquelle Jean Pierre Nicolas et Claude Roure ont terminé 3eme du Monte Carlo 1970.
Elle est caractéristique des productions Solido de l’époque, avec ses vitrages et ses phares en plastique translucide jaune. Les portes sont ouvrantes et l’essieu arrière est coudé pour reproduire le carrossage spécifique de la vraie.
On ne peut pas forcément dire que la ligne soit une réussite. Elle fait globalement lourde. Le profil des vitres latérales, donc du toit, est désastreux et la nervure de capot avant est beaucoup trop large.
Mais curieusement l’ensemble est sympathique.

Image

En 1974, une nouvelle version voit le jour.
Elle garde le même numéro de course mais reproduit cette fois la voiture victorieuse en 1973 aux mains de Jean Claude Andruet et « Biche ».

Image
source: internet

Le changement de déco rend malheureusement la voiture fausse : Andruet utilisait une Groupe 4, caractérisé par ses élargisseurs d’aile pagode et son radiateur en face avant, détails non reproduits par Solido.
Curieusement, la photo illustrant le catalogue ne sera pas remise à jour les années suivantes, et c’est la déco de 1970 qui va y figurer jusqu’en 1976.

Cette variante va exister pendant de nombreuses années, avec des nuances de bleu métallisé allant du bleu gris au bleu pétrole… Elle verra aussi apparaître les vitrages blancs et les roues plastiques.
Image

Au catalogue 1977 une nouvelle version apparaît, toujours sous la référence 181. Commercialisée à partir de janvier 1978, elle reproduit celle utilisée par l’Ecurie Défense Mondiale, avec le 24 en numéro de course, qui correspondrait à la participation de Bob Wolleck au Lyon Charbonnière 1973. Cette fois, c’est l’ensemble de la reproduction qui est fausse puisque la planche de décals est des plus fantaisistes et la carrosserie ne correspond pas à celle de la vraie, elle aussi avec des ailes de types pagodes.

Image
source: ebay

Ci dessous, les différents types de boites :
Image
Image
Image
source : ebay UK

En 1979, Solido lance le principe des kits.
Dans une boite, une voiture en pièce détachée non peinte et une planche de décals qui permet de réaliser au choix une des trois versions possibles.
La berlinette sera ajouté à cette série en 1980, sous la référence 5181. Le choix des versions est intéressant puisqu’il permet de sortir des classiques bleus métallisés usine.
La planche propose de reproduire les voitures de Marianne Hoepfener et de Marquet au Tour Auto 1972, et de Christian Nahon au Monte Carlo 1977.
Aucune des trois possibilités ne sera réellement conforme : les jantes de la Aseptogyl sont différentes, celle de Marquet est une caisse groupe 4 à aile pagode et celle de Nahon une 1600SC (jantes à quatre orifices et bouton de porte de type poussoir). Mais peut importe : la planche est plutôt bien réalisée et nombreux sont ceux qui l’utiliseront sur d’autres bases ou en ayant fait les modifications nécessaires.

Les miennes n'étant toujours pas montées, ci dessous qelques images galnées sur le net en attendant
ImageImage
source : ebay
Image
Collection perso

Quelques petites modifs pour améliorer la miniature :
Image

Et en prime, une pub parue dans la revue Virage en 1972:
Image
Source : ymerpa
Avatar du membre
par Va110
#177009
Chapitre 3 : Quand Solido se diversifie, les Verem

Au milieu des années 80, Solido explore d’autres marchés pour se relancer. La marque de Oulins propose des variantes de modèles de compétition sous les marques Verem et Solido2.
Le principe est assez simple : la voiture est peinte dans la bonne couleur et se présente soit dans le boîtier cristal habituel, soit en pièce détaché sous blister et carton.
Il ne reste qu’à poser la déco.

La berlinette n’échappe pas à cette stratégie, et ça n’est pas moins de 11 versions différentes qui seront proposées sous cette forme par Verem :
Darniche, Maroc 1973
Nusbaumer, Le Mans 1968
Manzagol, Tour de Corse 1970
Anderson, San Remo 1971
Saby, Ecurie Echappement, Tour Auto 1973
Tchubrikov Monte Carlo 1971
Wolleck, Monte Carlo 1973
Mouton, Tour de Corse 1975
Darniche, Tour de Corse 1970
Anderson, Monte Carlo 1971
Therier, Safari 1974

Pour l’ensemble de ces versions, le niveau est globalement correct. Bien que les notices soient souvent succinctes, les planches de décals sont de bonne qualité (Cartographe ou Graphyland) avec peu de problèmes de tailles ou de stickers manquants. Les carrosseries sont conformes, hormis pour deux cas (celle de Wolleck en 73 qui avait un radiateur en face AV et celle du Safari 74 qui était à ailes pagode).
Par contre, les roues sont systématiquement les Gotti 6 branches ce qui, pour certaines versions, ne convient plus : les versions Le Mans 68 et Tchubrikov 1971 devraient être équipées de Delta Mics, et celle de Mouton de jantes 4 orifices apparues en 1974.
Certaines couleurs ne sont pas réalistes, comme un bleu caddy pour les versions Le Mans 68 et Maroc 73 et un bleu bizarre pour celle de Mouton.

Darniche, Corse 1970 et Maroc 1973
Image

Manzagol, Corse 70; Mouton Corse 1975; Saby, Tour Auto 73
Image

Anderson, San Remo et Monte Carlo 1971
Image

Tchubriko, Monte Carlo 71; Wolleck, Monte Carlo 1973
Image

Manquent celles de Therier, Safari 74 (en attente de montage) et Nusbaumer Le Mans 1968.

Ci dessous les deux types de boitage :
Image
Image
Source : Miragex


Une version civile apparaîtra aussi au catalogue Verem sous la référence 416. Elle sera proposée en plusieurs couleurs, toujours sous la même référence : bleu métallisé, blanc, jaune, rouge.
Image
Source : Miragex

Deux autres versions seront aussi produites : une Gendarmerie sous la référence 201 et un cabriolet sous la référence 2004 qu’on retrouvera à partir de 1998 au catalogue Renault Boutique.
Image
Source : Miragex
Avatar du membre
par Va110
#177010
Chapitre 4 : Et non, ça n’est pas fini

La carrière de la Solido n’est pas finie pour autant.
En 1995, elle réapparaît au catalogue Solido dans la série Yesterday sous la référence 1803 ainsi que dans la série Racing en version compétition sous la référence 1904. Cette dernière version reprend la déco du Monte Carlo 1973, donc est toujours aussi fausse...
Une autre variante, toujours commercialisée sous la référence 1904, propose la décoration de celle de Nusbaumer, Le Mans 1961, mais dans une version très simplifiée.
Le moule n’a subi aucune évolution. On peut tout au plus noter que les roues ne sont maintenant plus en métal mais en plastique.

Image
Source : Miragex

Vers 2005, elle ressort avec une variante de couleur, en rouge, toujours sous la référence 1803.
En 2008, elle est toujours vaillante et fidèle au rendez-vous. Solido propose une ultime version sous la référence 151269, celle reproduisant la voiture utilisée par Andruet au Monte Carlo 1971.
Cette fois, c’est quasiment un sans faute. La décoration est complète, la carrosserie est conforme et les détails ont été affinés.
Image

Image

Et pour le fun :
Image


Pendant toutes ces années, comme je l’ai dit précédemment, le moule n’a pas évolué. Seules les inscriptions sous châssis vont changer.
La miniature sera pendant très longtemps dénommée Alpine Berlinette Tour de France. Un cartouche mentionne la référence et la date de première commercialisation. La marque Solido sera remplacée sur les modèles concernés par Verem.
On verra ensuite apparaître le puit de vis permettant de fixer la miniature sur un socle, puis la mention « Tour de France » va être effacée.
Le sigle Solido suivra les évolutions de graphisme de la marque.

L’inventaire de toutes les versions produites de la Solido est quasiment impossible. En effet elle a servi de base à de nombreux clubs ou de nombreuses boutiques pour faire des miniatures commémoratives ou promotionnelles. De plus, elle se retrouvera en dehors de nos frontières, en Espagne et sous la marque Argentine Bubby.
C’est donc un peu une histoire sans fin.

D’autant qu’elle va se poursuivre sous d’autres horizons, puisque de nombreux artisans vont utiliser la Solido comme base sous forme de transkit ou comme source d’inspiration dans la création de leur modèle.

Avant de clore cette première partie sur les réducteurs historiques, il faut aussi mentionner le projet de Dinky du milieu des années 90 de reproduire aussi la A110, projet qui ne sera malheureusement pas mené à son terme.
Je vous renvoie pour cela à l’entrefilet reprenant un courrier de Guy Girod, président du Club Dinky France, paru dans le numéro 18 de la revue Passion43.
Avatar du membre
par Va110
#177058
Chapitre 5 : Quand la Solido sert de muse

Comme je vous le disais précédemment, la Solido va être (et pendant longtemps) une source d’inspiration pour bon nombre d’artisans.
Dans la seconde moitié des années 70, c’est la grande époque des transkits : l’artisan propose un jeu d’ailes gonflées, les roues, les spoilers et ailerons qui vont bien et une planche de décals adéquates.
La multiplicité de ce genre de produit est essentiellement due au fait que les voitures de course de l’époque étaient très étroitement dérivées, au moins au niveau de la forme, des voitures de Monsieur Toutlemonde.

Le premier à tirer parti de la Solido est le Maître AMR.
En 1977, il propose deux transkits qui permettent de reproduire les voitures utilisées par Gérard Larousse en Corse en 1974 et 1975.
Le transkit est composé de quatre extensions d’ailes bulle, d’un spoiler, d’un jeu de roue et d’une planche de décals.
Il est fourni avec une Solido complète mais non peinte, dans le boîtage traditionnel de AMR.
Les ayant ratés lors de leur sortie, je n’ai pas le plaisir de les avoir en vrai, mais uniquement en photo.
Ils ressemblent finalement assez aux autres réalisations du Maitre : pas forcément un respect absolu des dimensions, mais une geule formidable.

Image
Source : ebay

L’italien Robustelli va à son tour se pencher sur le cas de la A110 à la fin des années 70.
Il procède de la même manière qu’AMR : une planche de décals, signée Cartographe, quatre élargisseurs d’ailes soit bulle soit pagode et les accessoires qui vont bien.
Les jantes sont tournées et les inserts représentant le voile de la 073R sont en décals.
Robustelli propose ainsi trois versions : San Remo 1973, Tour de Corse 1974 ou Tour de Corse 1975.

Les transalpins sont dynamiques à cette époque.
Au milieu des années 80, Gamma Models proposes des planche de décals permettant de réaliser plusieurs versions usines des saisons 71 et 73 : Monte Carlo, San Remo, Safari, Corse.

Ci dessous la version Robustelli Tour de Corse 74, et la Monté Carlo 1973, issue du mélange d'un transkit Robustelli pour les ailes et d'une planche Gamma. Toutes les deux sur base Solido.
Image

On retrouvera d’ailleurs ces versions sur une planche de décals diffusée par Tron, qui regroupera une bonne partie des versions de la saison 1973, ainsi que certaines autres versions emblématiques, comme celle du Mans 1968 ou du Monte Carlo 71.

Par ailleurs, Gamma Models proposera des kits complets pour les versions de 1973. Mais nous reviendrons dessus ultérieurement.

La notion de transkit peut se réduire d’ailleurs à sa plus simple expression. Ainsi Graphyland sortira deux références où à chaque fois une simple planche de décals à poser sur une Solido permettra de reproduire une variante. Ainsi on pourra ajouter dans ses vitrines les voitures de Darniche en Corse 1968 et de Larousse au Monte Carlo de la même année ; pour cette dernière, une planche photodécoupé fournira les inserts pour modifier les jantes et les transformer en Delta Mics.

Darniche Corse 1968, simplement posée sur une Solido
Image

Le transkit de la A110 de Larrousse Monte Carlo 1968
Image
Avatar du membre
par Va110
#177059
Chapitre 6 : Il y a transkit et… transkit …

D’autres artisans choisissent une voie différente : ils proposent une coque complète à adapter sur le châssis de la Solido en reprenant les autres éléments tels que vitrage, tableau de borde et éventuellement roues.
La carrosserie proposée est généralement un surmoulage de la Solido, modifiée comme il se doit (ailes élargies, ajout d’un spoiler, modification du capot).
Malheureusement, les principaux défauts ne sont pas gommés, notamment la nervure de capot beaucoup trop large et le profil du toit.

DM Modèles sera le premier à se lancer dans ce créneau et va proposer plusieurs versions à partir d’octobre 1978.
La toute première version commercialisée sur ce principe sera la machine utilisée par Bruno Saby pour la saison Rallycross de 1977.
Viendront ensuite les versions Saby Rallycross 1978 et Ogier, vainqueur d’un concours organisé par la revue Echappement qui lui fournira une voiture pour la saison 1979.
Image

DM Modèles proposera en mai 1979 deux versions de compétition à ailes bulle avec ou sans spoiler, dénommées respectivement 1600 ou 1800 gr4. Ces transkits sont fournis sans décals.

A cette même période, Jielge s’est aussi lancé dans des kits dérivés de moulages de la Solido. J’ai retrouvé peu d’info sur ces kits, ne les ayant pas achetés à l’époque. Il y avait notamment une tentative de reproduction de la 1600 SX.
Les baguettes latérales et les poignées de portes ont bien été supprimées et le pare choc modifié pour intégrer une plaque d’immatriculation droite.
Mais les jantes sont d’un autre âge.
A cela se rajoutera une version ailes pagode, réduite à sa plus simple expression puisque seule la caisse sera fournie, sans aucun autre accessoire.
Image

Il y a eu peut être d’autres versions, mais la mémoire me fait défaut…

Au début des années 80, DM va se lancer dans le kit complet. Dans un premier temps, le principe sera un peu le même, en partant d’une caisse surmoulée sur la Solido mais cette fois les éléments complémentaires (châssis, intérieur, vitrage) sont directement fournis et non plus prélevé sur une Solido.
La qualité n’est pas exceptionnelle, loin des réalisations des autres artisans de l’époque mais les versions choisies sont intéressantes.
On se voit ainsi proposée la version Saby Mont Blanc 1978 et une version plus exotique, celle utilisée par Camien, un rallyman amateur de la fin des 70, dont la voiture était équipée d’un aileron arrière de Porsche 934.
Image

DM proposera aussi sa version ailes bulle sans spoiler accompagnée d’une planche de décal qui permettra de faire au choix l’une des machines utilisées par Nicolas en Corse en 1974 et 1975.

L’italien Gamma Models prendra le même principe. Il commercialisera à la fin des années 80 la version gr4 avec ailes pagodes, en kit.
La carrosserie est elle aussi un surmoulage de la Solido, y compris pour les roues, qui deviennent en résine et de qualité moyenne, aux dires de ceux qui l’ont montée.

DM Modèle va ensuite complètement abandonner son moule d’origine Solido pour proposer une reproduction de 3429GY76 dans sa version Turbo utilisée avec succès par Jean Luc Thérier au Critérium des Cévennes 1972.
Ce modèle ne doit plus rien à l’ancêtre : la ligne est beaucoup plus fine et reproduit plus fidèlement la berlinette.
Image

A cette période, DM Modèle aurait reproduit la 16S. À priori, la base serait toujours le moule Solido, reconnaissable à sa baie de pare brise, mais retouché au niveau du capot avant.
Je ne dispose pour celle-ci que d’une photo, donc je reste prudent sur son existence.

Le principe du surmoulage sera repris en 2005 par Dinacar.
L’artisan Isérois est spécialisé dans les groupes F, et produit plusieurs transkits de 4CV, de Dauphine ou de Simca 1000 entre autres.
Il va proposer lui aussi deux versions de la A110, avec ailes bulle avec ou sans spoiler. Ces transkits, composés comme pour DM Modèle d’une caisse et d’un jeu de roues, sont accompagnés d’une planche générique reprenant l’esprit de sa série « j’aime le Groupe F ».
Le moulage est repris de la Solido, sans modification de son principal défaut, la nervure de capot avant.

En septembre 2007, il proposera une très intéressante reproduction de la 1100 utilisée par Maurel en trophée Saloon Car 2002. Le montage se fait sans problème et la planche de décals est correcte, donnant au final un modèle inhabituel et intéressant.
Image
Avatar du membre
par Va110
#177060
Chapitre 7 : Quand on s’affranchie de l’ancêtre, les Provençaux

On doit à MRF le premier kit en création complète de la A110. Début 80, l’artisan provençal lance une première version, la caisse gr4 avec ailes pagodes.
La gravure et le moulage sont très fins et les détails très bien reproduits. La ligne est fidèle et rend parfaitement la finesse de la ballerine bleue.
Viendront ensuite une version ailes bulle puis le proto 1800 utilisé par Alpine durant la saison 1972.

Lorsque vers 1983 MRF se scindera entre Starter et Record, ces moules se retrouveront dans la gamme Provence Moulage, où ils seront complété par les planches de décals permettant de reproduire 7087HE76 soit en Corse soit à la Ronde Cévenole, et la voiture utilisée par Jean Ragnotti au Monte Carlo 1976.
Curieusement pendant quelques temps, les voitures seront commercialisées par PM mais le châssis fera toujours apparaître le logo MRF.

Voici les deux premières MRF, habillées avec des planches de décals Robustelli
Image

Un cabriolet et la 16S viendront ensuite.
Image

En 1988, Provence Moulage sort une nouvelle variante : la gr4 utilisée par Manzagol au Tour de Corse 1978.
Elle apparait ici accompagnée de 7087, miniature badgée MRF mais commercialisée par PM.
Image

Une nouvelle version, cette fois à ailes normales, va voir le jour. Le kit permettra de reproduire soit la machine victorieuse au Monté Carlo 1971, soit celle utilisée par Nusbaumer au Mans 1968.
Image

Viennent ensuite en 1996 après un long moment de silence les quatre voitures usine du Monte Carlo 1972, puis un an après la Turbo des Cévennes. Cette ultime version aura la particularité d’avoir des entourages de vitres photodécoupées.

En 1995, Starter va proposer à son tour son interprétation de la berlinette. La première version reproduite est celle utilisée par Vinatier au Critérium des Cévennes 1966, puis vient ensuite une reproduction de la victorieuse en Corse en 1973 aux mains de Jean Pierre Nicolas.
Le moule n’a rien à voir avec ceux issues de MRF et semble d’ailleurs avoir été fortement inspiré de la Solido (encore elle) reconnaissable notamment à la ligne de la baie de pare-brise et au profil des vitres latérales.
La finition ne semble d’ailleurs pas du même niveau que celle de leur camarade de jeu.

Ce même moule sera ensuite utilisé en 1998 pour proposer la machine de Jean Claude Andruet en Corse en 1968.

Au début de ce siècle (ça fait drôle d’écrire ça…) Starter va proposer une nouvelle version, celle victorieuse au Monte Carlo 1971 avec Ove Anderson.
Cette fois, le moule n’est plus le même. En effet, Starter a été entre temps repris par Provence Moulage, et donc utilise les moules issue de cette dernière.
L’histoire ne s’arrêtera pas là puisque Provence Moulage sera à son tour repris par une autre société. Mais ça sera un autre chapitre.
par Emgé
#177062
Punaise ! Je viens de replonger 38 ans en arrière, lorsque j'ai tenu ma première SOLIDO entre les mains...
Vite ! la suite...

Il y a deux ans, me promenant dans GENEVE, je suis tombé sur une vitrine avec une A 11O orange "JÄGERMEISTER", cette miniature se retrouve en publicité dans le dernier MM : un p'tit historique..?

Merci pour ce rafraichissement !
Emgé
Avatar du membre
par Va110
#177068
Chapitre 8 : LE Spécialiste…

JPS a été le premier artisan à s’être occupé de reproduire la A110 en plusieurs versions.
On lui doit pas moins de douze versions différentes qu’il proposera dés 1988 et jusqu’en 1996, autour des quatre configurations classiques de carrosserie : ailes pagodes, ailes bulle et pare-choc, ailes bulle et bouclier avec ou sans becquet.
Particularité : il a enfin entendue la longue plainte des maquettistes devant leurs pistolets, tous ses modèles sont pré-peint.
Il va être le premier à sortir des classiques usine de la saison 73 pour proposer des versions plus colorées.
On lui doit ainsi les versions 74 et 75 de Larrousse en Corse, le proto utilisé par Darniche à la Ronde Cévenole 1974 (dans sa version Essais), la machine de Thérier au San Remo 1975, celle de Henry au Neige et Glace 75, les africaines du Bandama et du Safari 1974, la MacKeen de Panciaticci, puis celles de Saby au Mont Blanc 76 et de Andruet au Milles Pistes 76.
Il réalisera aussi la monstrueuse 16S que Biancone a utilisé en course de cote en 77 et la version Rallycross de Saby de la même année.
Ses choix serviront d’ailleurs d’inspiration pour certains de ses confrères, puisque certaines versions originales vont se retrouver dans d’autres gammes.

Quelques unes de ses productions

Larrousse, Corse 74 et 75
Image

16S de Biancone; Darniche, Ronde Cévenole 74
Image
Pour l'ancdote, ces deux voitures ont fait l'objet d'une double page dans le livre Alpine de Dominique Pascal.

Henry, Neige et Glace 75; Panciaticci, Giraglia 76
Image

Saby, Mont Blanc 76; Andruet, 1000 pistes 76
Image

Il a par ailleurs produit pour différents clubs Alpine qui le sollicitaient des séries dans les différentes configurations, sans déco (ou avec juste le marquage blanc « Alpine Renault » sur les ailes arrière).
Un jour, agacé de se voir sans cesse sollicité pour produire de nouvelles versions exotiques, il a balancé à son interlocuteur : « et pourquoi pas une berlinette La Poste, tant qu’on y est ». Et c’est comme ça qu’est née la voiture de liaison rapide utilisée pour le courrier de la revue Mille Miles.
Image
Source Th Falsetti

Pour le fun : l'ayant raté à sa sortie, je me suis donc fait ma propre version :
Image


L’artisan nivernais avait d’autres projets dans ses cartons, notamment le proto de Laurent. Compte tenu de ce qui s’annonçait alors dans le domaine de l’industriel (nous sommes à la fin des années 90), il a préféré se tourner vers d’autres sujets.

Il reviendra néanmoins en octobre 2006 avec un tout nouveau moule, issue des protos de la gamme Trajectoire qu’il vient de racheter à Philippe Khomiakoff.
Ce nouveau modèle se caractérise par ses portes et capots ouvrants.
Avatar du membre
par Va110
#177070
Chapitre 9 : … et les autres

La A110 aura inspiré de nombreux artisans.
Pour être complet sur le sujet, nous allons nous arrêter dans un premier temps sur ceux qui l’ont reproduit en une ou deux versions. Nous verrons ensuite dans les prochains chapitres le cas de deux artisans ayant développés une gamme plus complète.

Le Phoenix
En 1993, André Marie Ruf rejoint Le Pheonix. Il propose en 1994 sous cette marque son interprétation de la 1600S. Le kit est en white metal, fidèle à la tradition du Maître.
Image
Photo trouvé sur le net

Quelques modèles seront vendus tout monté, certains dans la configuration Monte Carlo 1971.
Cette dernière version fera d’ailleurs l’objet d’un transkit, comme un clin d’œil pour rappeler le début de l’aventure. Cette fois, les pièces en white-metal fournies permettent d’améliorer l’intérieur et de remplacer les jantes.

Quatre ans plus tard, le kit ressortira modifié pour reproduire la version victorieuse en Corse en 1970 aux mains de Jean Claude Andruet.
Image
Photo trouvé sur le net

DUVI
En juillet 1997, Duvi va proposer une reproduction de la version 1600SX.
L’idée est bonne mais la réalisation loin d’être convaincante. En fait, malgré une ligne générale bien rendue, ce modèle souffre comme tous les autres modèles de cette gamme d’une finition qui n’est définitivement pas à la hauteur de la concurrence.
Les moules seront ensuite repris par BTV, un artisan français qui proposait des modèles tout montés. Le transfert ne s’est malheureusement pas accompagné d’une amélioration de la qualité.
BTV aurait produit sur demande une version ouvrante de la 1600SX ainsi qu’un cabriolet, lui aussi avec portières et capots ouverts. Il s’agirait à priori de commandes spéciales, réalisées à l’unité.

Paradcar
Cet artisan spécialisé dans la reproduction de voitures françaises a proposé une version cabriolet 1963 de la A110.
La ligne est réaliste et quelques détails tels que poignées de porte, phares et essuie-glace sont rapportés.
Image
Source ebay

Fir’mini
L’artisan stéphanois est le seul à s’être intéressé à des A110 utilisées en VEC. Il propose en 1990 la reproduction de la machine utilisée par Aubert en 1987, puis en 1992 vient le tour des voitures de Mocellin et Mousset engagées au Var 1991.

Ci dessous, les planches de décals posées sur des miniatures "presse" modifiées
Image

Sur la base d’une version 2 phares il proposera ensuite en 1993 deux modèles reproduisant les machines utilisées par Delagneste-Rozinski et Orsini-Vinatier à la Targa Florio 1966, ainsi que celle de Bianchi en Corse en 1965.
La finition reste correcte et les miniatures sont sympathiques.
La gravure des décals est fine et celles ci se posent facilement. Les versions proposées sont très intéressantes.
Image
Photo: fafa423

Axel’R
Le Montpelliérain aura deux berlinettes à son catalogue, mais il s’agit de A108. Il proposera par contres des planches de décals permettant de reproduire les voitures utilisées aux Cévennes par Bianchi en 1964 et Wolleck en 1969.
Image

Il a par contre à son programme plusieurs A110 dont nous suivrons la sortie avec attention.

Mini Racing
Curieusement, l’artisan de Nogent attendra juillet 2008 pour mettre une A110 à son catalogue.
Il s’agit de la barquette réalisée par le Niçois Albisson et utilisée à la Ronde Cévenole 1969. Le modèle est originale et la réalisation fine.

RR Miniatures
Cette artisan, d’habitude plutôt spécialisé dans les Citroën, propose en kit résine un des tous premiers cabriolets, basé sur la carrosserie à deux phares et jupe arrière de A108.
La gravure semble fine et la ligne plutôt bien traitée.

Arena
L’artisan transalpin met à son catalogue sous la référence ARE 176 la reproduction de la A110 vainqueur au Rallye des 2 Vallées en 1975.
Selon Aréna, le modèle serait d’origine DD Modèle, sur lequel je n’ai aucune information.
Image
Photo issue du site Arena

KitCar43
La boutique catalane va nous proposer deux versions.
En 2008, une planche de décals permet de faire la version utilisée en Catalogne au rallye Costa Brava 1975. La planche est complétée par un additif dont on ne sait pas trop s’il s’agit d’un correctif, ou d’un complément pour réaliser une variante.
Il faut dire que la notice très succincte et le manque de photo d’époque n’aident pas à savoir précisément ce qu’il en est.
Le modèle est aussi disponible en tout monté, la base utilisée semblant être d’origine IXO.
Image
Photo issue du site KiteCar43

En septembre 2009, cette même boutique propose la très surprenante Alpinche. Il s’agit d’un A110 équipée d’un flat 6 Porsche, utilisée par le pilote et préparateur Reverter dans les années 70.
Le modèle est en résine et est proposé uniquement monté. Les photos ci dessous permettent d’apprécier la finesse de la réalisation.
Image
Image
Photos rog551

MS Moulage - Hostaro
Le cas de Marcel Servettaz, artisan savoyard, est un petit peu différent. Il va proposer à partir de 1987 non pas une seule A110, mais toute la gamme des versions civiles de la A110 à 4 phares.
Sur la base d’un master signé Hostaro et en faisant les modifications qui s’imposent, c’est donc 12 versions différentes qui seront mises à son catalogue.
La voiture est bien reproduite, avec toutefois un nez un peu trop pointu à mon avis. Le châssis porte la référence « MS Moulage Alpine A110 Réf. N. 1 » et « Maquette HOSTARO »
Les détails sont finement rapportés et bien entendu adaptés à chacune des versions reproduites. Par contre, les roues auraient gagnées à être mieux traitées et mieux positionnées, surtout à l’arrière.
Un excellent article sur le sujet se trouve sur le site du BAC2S (Berlinette Alpine Club des 2 Savoies).
Image
Photo F Gaveau, site BAC2S


Certains artisans vont commercialiser uniquement des planches de décals, à l’instar de ce que faisait Graphyland.
En 2009, ReStart, proposera ainsi plusieurs planches de décals permettant de reproduire quelques nouvelles variantes.
Hormis les classiques versions usine 1969, les planches les plus intéressantes sont celles qui permettent de reproduire la tentative de qualification au Mans 1971, et plus original, deux versions utilisées à Sebring en 1965 pour les besoins d’un film sur Michel Vaillant.
La diffusion est plus que confidentielle : hormis sur ebay, je n’ai trouvé ces planches qu’une fois à Lohéac.

Ci dessous, les versions Essais Le Mans 1971 et Tour de France 1969
Image

En passant les frontières, on pourra citer la marque Tchèque RejiModel qui propose la déco de la machine de Hubacek au Skoda Rally de 1974, ainsi que Automobilina, un artisan italien qui a toute une gamme de planches pour des versions ayant couru la Targa Florio.
Avatar du membre
par Yaya310
#177103
Alors là !!! voilà un post très intéréssant, collèctionneur de miniatures comme beaucoup,
j'apprécie ton initiative culturel qui vas nous pèrmèttre d'enrichir nôtres savoir.
Continu sur ta lancé et ne t'arrête surtout pas et bon courage à toi Va110

Cordialement
Avatar du membre
par Va110
#177107
ERRATUM

Rendons à César ce qui appartient à Jules :
J'ai attribué par erreur à fafa423 la photo de la A110 Firmini Bianchi Corse 1965

La photo présentée est de reghiu

Dans l'ensemble des photos que j'avais, j'ai confondu :oops:
Avec mes excuses aux auteurs respectifs.

La suite à partir de mardi prochain ;)
par Sa110
#177158
Que dire de ce sujet.....richement documenté, très bon texte, vraiment un régal ! Vivement la suite !

Par contre une petite question:
tu as marqué Tchubrikov Monte Carlo 1971, le pilote n'est pas plutôt Icubrikov ?
Avatar du membre
par Patrick
#177164
Belle idée que voilà :wink:
Il y a une chose que nous pourrons voir: la qualité et la précision de ces mini modèles :wink: au fil des années.
Si besoin, je me suis fait une banque de photos des Alpine A110 usine (photos prises majoritairement sur Forum Auto)
Avatar du membre
par Va110
#177192
Sa110 a écrit :Que dire de ce sujet.....richement documenté, très bon texte, vraiment un régal ! Vivement la suite !

Par contre une petite question:
tu as marqué Tchubrikov Monte Carlo 1971, le pilote n'est pas plutôt Icubrikov ?

Concernant Tchubrikov, effectivement la déco fait apparaitre Icubrikov, mais toutes les références que j'ai trouvé par la suite utilisaient la première ortographe.
Ceci dit, je 'ai vu aussi écrit de manière encore différente, alors à un moment, il faut choisir :wink:
Avatar du membre
par Va110
#177197
Chapitre 10 : Retour en Provence…et la boucle est bouclée

Héco Modèles va aussi s’intéresser à la berlinette. Cet artisan dont l’activité a débuté en 1979 se positionne sur le haut de gamme. Ses modèles sont quasiment exclusivement proposés tout monté, sur socle.

En 1993, il propose une première version de la A110. Il s’agit d’une 1600SC dont les lignes générales vont penser à celle des kits Starter. Simple coïncidence due à l’utilisation d’une source d’inspiration commune, ou transfert de technologie ?
L’année suivante, c’est au tour d’une 1800 Gr4 d’être commercialisé. Cette fois, on se rapproche plus de la finesse d’une Provence Moulage.
Plusieurs autres versions seront ensuite commercialisées, dont certaines curieusement très proches de celles proposées par Provence Moulage.

Ci dessous les deux premières Heco Modèles :
ImageImage

ainsi que deux des quinze versions compétitions
ImageImage
Ces images sont issues du site HecoModèles (je n'ai pas le plaisir d'avoir pu m'en offrir une...)

En 2007, Heco Modèles, devenu entre temps Heco Miniature suite à la fusion avec Miniatures du Chateau, rachète Provence Miniatures Automobile.
Il faut faire là un petit rappel historique. Provence Moulage a eu dans le courant des années 1990 une histoire plutôt mouvementée, faite de rachat et de cession. En 2004, elle est reprise par Norev. Une partie de ses anciens employés fondent alors Provence Miniature Automobile, en reprenant certains des moules.

En 2008, Heco Miniature propose une ultime version de la A110, dont la caractéristique principale est de disposer de capots et portières ouvertes.
Cette miniature sera un temps disponible sous la marque Challange, marque qui regroupait les modèles très haut de gamme de Héco Modèles.


Fin 2008, cette gamme est reprise par EHL43, qui relancera la marque PMA, Provence Miniatures Automobiles.
Partant de la base ainsi disponible, PMA va décliner de nombreuses versions autour de la configuration ailes pagode, reproduisant ainsi 3429 et 3430 utilisées par Darniche et Andruet au Critérium des Cévennes 1971, le proto utilisé par Jullien à la Ronde Cévenlole 1973, la Turbo des Cévennes 72 et la voiture victorieuse en Corse en 1973. Cette dernière sera aussi disponible en version ouvrante.
Il va compléter sa gamme avec une version ailes bulle qui permettra de reproduire les diverses machines utilisées dans les Cévennes en 1975 par Henry (Ronde Cévenole, Critérium) ou Serpaggi (Critérium).

Ci dessous la version Monte Carlo 1973 en configuration ouvrante, puis normale, et la version Ronde Cévenole 73
Image
Image
Image
Images issues du site EHL43 (lorsqu'il était encore accessible).
Avatar du membre
par Va110
#177198
Chapitre 11 : Du décal au kit complet, une gamme spécialisée …

En 1996, apparaît un nouvel acteur : CB Com.
Il se fera assez rapidement une spécialité de traiter la berlinette puisqu’il va proposer au final 110 références (si, si, ça ne s’invente pas) pour reproduire ou améliorer ce modèle.
D’ailleurs, une page de son site internet sera même dédiée à Alpine.
Dans un premier temps, il va proposer uniquement des planches de décals, puis va petit à petit enrichir sa gamme d’accessoire (roues, élargisseurs d’aile, spoiler…), pour au final proposer une caisse complète à adapter sur la toujours fidèle Solido ainsi que des kits complets.
Le kit complet semble avoir été inspiré par la Vieille Dame de Oulins, mais amélioré au niveau de la face avant.

Il laissera dans le milieu de la miniature un sentiment plus que mitigé et l’impression d’être passé à coté de quelque chose qui aurait pu être grand.
Si ses premières productions sont de bonne qualité, la situation va rapidement se dégrader : les planches de décals sont souvent incomplètes et la taille de nombreux stickers pas du tout conforme. Sur ces dernières productions, les lettrages sont souvent imprimés sur un fond de la couleur de la caisse, qu’il est quasiment impossible de faire coïncider avec la nuance de la peinture utilisée. Quant aux kits, ceux qui en ont montés n’en gardent pas un très bon souvenir.
C’est d’autant plus dommage que les versions proposées sont très souvent inédites et très intéressantes.

Il cessera son activité fin 2006 et son catalogue sera repris par RM, Rallye Miniature qui ne gardera comme référence que les planches de décals seules

Quelques images de celles que j'ai réalisé :

CB Com et la Corse : Panic, 1981 (sa première référence pour les A110); Soriano, 1978
Image

Picone, Tour de Corse 1975; Henry, Monte Carlo 1973
Image

Boucher, Coeur de France 2004 (révélatrice du problème de retrouver la bonne nuance entre la couleur du fond de la décal et celle de la voiture)
Image

Andruet, Critérium des Cévennes 1971 (annoncée comme étant celle de Darniche...)
Image

Et pour finir, une image extrait de l'ancien site de CBCom illustrant un de ses kits:
Image